Girolata et Galeria

GIROLATA-GALERIA 6H et 784 M de denivelé

 

Nous partons avec regret après le petit-déjeuner. Il ne fait pas beau et des jeunes qui dorment dans un duvet sur leur bateau sont réveillés par une pluie fine qui se met à tomber. 6 h de marche nous attendent aujourd’hui. La veille nous avons acheté charcuterie, thon en boite, pâté, pain et fruits dans une épicerie. Ho que les murs en pierres rouges des maisons sont jolis ! et les bougainvilliers !

Nous nous éloignons du port et grimpons à travers la montagne. Aïe les mollets ! Nous quittons la civilisation et Girolata nous apparaît tout petit, au loin, avec sa mer turquoise, ses cabanes en bois et ses bateaux amarrés.


J’aime la randonnée, quand je marche j’ai l’esprit qui vagabonde , je pense à tout, à rien, au passé, au présent, à l’avenir. Quel bonheur d’être en pleine nature et en plus en Corse ! de faire partie d’un groupe, d’avancer et de peiner ensemble. Nous nous encourageons , nous nous soutenons dans l’effort, nous bavardons avec l’une, avec l’autre, nous déconnons.


 mur rouge corse

tête sanglier corse

Liens commerciaux:

Mais de temps en temps, j’ai besoin aussi de me retrouver seule avec moi-même, d’écouter le silence, les oiseaux, de lever les yeux du sol, de prendre des photos. Tiens une vache qui déambule dans le maquis. Mais que peut-elle bien brouter ?
De temps en temps nous nous arrêtons et sommes fières de mesurer le chemin parcouru. Que nous nous sentons humbles face à l’imposante montagne qui nous entoure ! Au passage nous admirons les rochers colorés et découpés.


Hélène et Geneviève ont pris de l’avance. Il est 13 h et notre estomac crie famine. Quand nous arrivons à leur hauteur, nous leur faisons croire que nous avons déjà pique-niqué. Hélène est paniquée. Renée qui trouve sur le sol et pique au bout de son bâton un morceau de pain tout dur, le lui tend. Mais non Hélène, c’est une farce, nous n’avons pas encore mangé voyons !
Nous pique-niquons sous la pluie sans trop s’ attarder. Les capes nous recouvrent et entravent notre marche. Nous traversons une rivière avec l’aide de Chantal.


Nous attaquons la descente interminable les unes derrière les autres et il faut faire attention de ne pas glisser sur les cailloux. Mais je tombe et je me fais mal au genou. Mais il faut continuer je n’ai pas le choix.
Nous arrivons à Galéria vers 15 h, dans les jardins les magnifiques et imposants bougainvilliers sont admirables , la pluie a cessé de tomber et il fait relativement beau.

jardin corse

bougainvilliers corse