Architecture militaire

L’ARCHITECTURE MILITAIRE CONTRE L’ENVAHISSEUR.

Les constructions, édifiées par le génie militaire Italien, sont relativement modestes, à l‘échelle d’une île où les enjeux concernaient surtout la sécurité quotidienne des biens et des personnes. Que ce soit tours de guets, bastions, citadelles, fortins, ces ensembles uniques démontrent le degré de peur de l’envahisseur.

Des citadelles inviolables:

Gênes fonda entre autre, Bonifacio, Porto- Vecchio, Ajaccio, puis éleva sur des éperons, des citadelles entourées de remparts, défendues par des bastions. Les hautes maisons se serraient à l’abri de leur rempart. Calvi est le type le plus achevé, où la ceinture de pierre entoure le rocher au ras de l’eau, avec un pont-levis, des échauguettes, un chemin de ronde.    

Liens commerciaux:

Les tours : véritables sentinelles:

Depuis les rivages d’Afrique du Nord, les pirates barbaresques, les Turchi, abordaient les côtes corses, incendiant les récoltes, volant le bétail, détruisant les demeures, emmenant les villageois en esclavages,(en 1560, il y eut 6000 Corses captifs à Alger). Pour lutter contre ce fléau, un système de surveillance et d’alerte fut organisé, sur 500 km de côtes, en construisant des tours de vigie et de refuge. Dès que les voiles barbaresques pointaient à l’horizon, les guetteurs allumaient au sommet de l’édifice, des feux qui alertaient les villageois. Ces tours occupent des promontoires avancées. D’une architecture rudimentaire, haute de 12 à 17m, elles apportent une note romantique au paysage, tout comme les fontaines et les bergeries.