lac, fleuve, rivière, source

Les milieux aquatiques Corses


La variété du biotope des milieux aquatiques représente une multitude d’espèces animales et végétales, organisés au sein d’une chaîne alimentaire complexe.  L’ancienneté de l’isolement géographique de la Corse, a favorisé des espèces endémiques, limitant par contre la diversité de certaines espèces. Ainsi, il n’y a que 8 espèces de poissons autochtones en Corse, alors que l’on en dénombre 73 dans le réseau fluvial continental.
Les plus répandues sont : la truite macrostigma, forme endémique de la truite méridional du bassin méditerranéen, l’anguille, espèce migratrice qui se reproduit en milieu marin et la blénie fluviale, petit poisson sans écaille (espèce protégée).


les cours d’eau en Corse


Tout les fleuves et rivière sont irréguliers, maigres de juin à octobre, volumineux d’octobre à avril, très actifs et impétueux. Les cours d’eau, alimentés par des pluies, qui à la saison sèche ne présentent que des lits caillouteux, peuvent devenir abondants et dangereux, lors d’orages.
Limpides à l’ouest et plutôt sombre et boueux à l’est, les cours d’eau ont nécessité la construction de nombreux ponts dont les plus beaux datent le plus souvent de l’époque génoise. Les 3 plus grands fleuves de Corse :


* Le plus long est le Golo (90 km) partant de la Paglia Orba et se jetant au sud de l’étang de Biguglia, fleuve abondant alimenté par des précipitations importantes, et par des affluent comme l’Asco. Il donna même son nom à un ancien département français avant 1814, dont le chef lieu était Bastia. Il a aidé à la délimitation des 2 départements Corse du Sud et Haute Corse, en 1976.


* Le Tavignano (89 kms), prend sa source dans le Lac de Nino, et a comme affluent entre autre la Restonica, pour se jeter près d’Aléria.


*  Long de 65 KM le Taravo, se jette près de Propriano après avoir pris sa source au Monte Grosso à 1850 m. Riche en faune et flore, (mulet, loup, anguille, tortue, grenouille), on constate, malgré tout, une pollution importante en amont, avec retentissement sur ces populations, due au 39 communes traversées par le fleuve et qui rejettent leurs eaux usées.
Nombreux rivières et fleuves de Corse se prêtent aux joies aquatiques, donnant à la Corse le surnom de « Paradis de l’eau vive ».
   

Liens commerciaux:

Les lacs en Corse


Du fait de l’altitude importante de la Corse et de l’abondance des précipitations, la Corse fut recouverte de glaciers lors des grandes glaciations du Quaternaire, mais le rapide réchauffement de la Terre a permis la fonte des glaces, laissant la place a de nombreux lacs d’origine glaciaire. La majorité des lacs est situé entre 1700 et 2300 m, avec des exceptions comme le Crenu à 1310 m, le plus bas de tous, et le seul à être entouré de pins laricios et parsemé de nénuphars et le Galiera ou Gardiola à 2442 m. Le plus  grand d’entre eux, est le Rotondo avec 7.4 ha perché à 2321m, le plus profond est le Capitellu avec 42 m. Le plus visité est lac de Melu avec 50 000 visiteurs l’été. Deux grands types de lacs sont identifiés comme les lacs derrière verrou, occupant une dépression entre 2 ruptures de pente comme Capitellu, qui est entouré par des crêtes déchiquetées du cirque, dans la vallée de la Restonica, ou Melu, Ritondo. Les deuxièmes types sont les lacs derrière moraine qui doivent leur existence à la présence d’une moraine qui ferme le cirque comme celui de Bastani, ou le grand lac d’Oru.


De nombreux lacs sont entourés de pozzines (pelouses hygrophiles) ou domine un jonc minuscule. Ce sont des zones de pâturages d’été appréciées et de nombreuses bergeries étaient situées à proximité de ces pièces d’eau. Il est fréquent d’y rencontrer moutons, porcs, bovins et même des chevaux comme au lac de Ninu.