Peuple Corse

LE PEUPLE CORSE


Composé en 2007,  de près de 270 000 habitants, soit une moyenne de 32 hab. au km2, la Corse est la moins peuplée  des grandes îles de Méditerranée. Mais la physionomie générale de sa population et ses activités, l’apparente plus aux départements des Alpes du Sud et des Cévennes, qu’aux autres régions du pourtour méditerranéen.     

UNE HISTOIRE MOUVEMENTEE

 
La  Corse est devenue Région en 1970, tandis que sa division en deux départements, Corse du Sud et Haute  Corse date de 1975. Néanmoins, elle possède une très longue histoire, qui a commencé, il y a plus de 8000 ans. L’île a connu de nombreuses invasions barbaresques, des Grecs, suivi par les Romains, les Vandales, les Byzantins… Le Pape, en 1077, confie la gestion de l’île à Pise,  puis offre des évêchés corses à Gênes. Les Génois seront vainqueurs sur les Pisans et domineront l’île jusqu’en 1768, date à laquelle, Gênes vend ses droits sur la Corse, à la France, par le traité de Versailles. 1769, la France s’installe en Corse et naissance de Napoléon Bonaparte. 1811, la Corse devient un département français.  


    
LES GRANDS HOMMES


PASCAL PAOLI :


Après maintes dominations par Gènes, et maintes insurrections de la part des Corses au XVIIIé siècle,  un grand homme arriva en Corse, c'était Pascal Paoli, fils d'Hyacinthe (ex. chef de la nation, réfugié à Naples. Simple officier au service du roi de Naples, il résolut d'aller délivrer sa patrie de la tyrannie. Arrivé en Corse, on le proclama général de toutes les forces de la nation. A ce titre, il réunit en 1755 une consulte générale, et organisa le gouvernement de l'île et se prépara à la défense. Paoli se montra dès ses premiers actes à la hauteur des circonstances : son génie politique pacifia l'île en quelques années, anéantit la vendetta, unit les chefs des anciens États et éloigna pour toujours du centre de la Corse la maudite domination génoise. En même temps, Pasquale Paoli met en oeuvre un plan réfléchi de modernisation de l'île en lui donnant une constitution (constitution corse) fondée sur la séparation des pouvoirs, et accorde le droit de vote à tous les citoyens, dont les femmes (veuves ou célibataires). La Corse devint alors le premier État démocratique dans l'Europe des Lumières et Paoli un « despote éclairé », ce qui suscita l'admiration de philosophes comme Rousseau et Voltaire Paoli défendit la liberté, bien qu'étant élu à vie. Même le philosophe de Ferney, qui n'a pas toujours été juste pour les Corses, a parlé de Paoli avec admiration : « L'Europe, a-t-il dit, le regardait comme le législateur et le vengeur de sa patrie. Les Corses, sont saisis d'un violent enthousiasme pour la liberté, et leur, général a redoublé cette passion si naturelle, devenue en eux une espèce de fureur. » Nous manquerions à la mémoire de Paoli, si nous ne citions de lui les paroles suivantes : « Il faut que notre administration ressemble à une maison de cristal où chacun puisse voir ce qui s'y passe. Toute obscurité mystérieuse favorise l'arbitraire du pouvoir et entretient la méfiance du peuple. Avec le système que nous suivons, il faudra bien que le mérite se fasse jour, car il est presque impossible que l'intrigue résiste à l'action épurative de nos élections multiples, générales, fréquentes. »
En 1768, la Corse fut « vendue » à la France par Gênes, et Paoli fut contraint à l’exil en Angleterre, après la défaite sanglante de Ponte Novu. Il essaya alors de fonder un royaume anglo-corse. Après avoir été élu père de la patrie et après plusieurs exils, il mourut à Londres en 1807, à l’âge de 81 ans. Il est le père fondateur de l’université de Corte, et fut le parrain de Napoléon Bonaparte.
    

Liens commerciaux:

NAPOLEON BONAPARTE :


Remarqué en 1793 lors du siège de Toulon, alors qu’il était jeune officier à la révolution, il épouse la belle Joséphine de Beauharnais en 1796 et se voit confier l'armée d’Italie, alors mal en point. En 1797, la lutte contre les armées italo-autrichiennes lui permet d’être élevé au rang de héros national, confirmé par la campagne d'Egypte en 1798, où l’une de ces citations restera très célèbre « Soldats, du haut de ces pyramides,  40 siècles vous contemplent«.  En 1799, après avoir participer à un coup d’Etat, il devint premier consul et  fort de pouvoirs absolus, il réforme le pays (il crée les préfets, le Code civil, la Banque de France...) et se fait sacrer Empereur par Pie VII , en1804. Divorcé, il épouse Marie-Louise d’Autriche, qui lui donnera un fils en 1811. Les coalitions européennes se succèdent alors pour tenter de briser son hégémonie. La Grande Armée résiste (Austerlitz en 1805 ; Wagram en 1809) jusqu'à la fatale campagne de Russie en 1812. Affaibli, Napoléon Ier est acculé à l'abdication le 6 avril 1814 et s'exile sur l'île d'Elbe.  De retour des Cent Jours, il est défait à Waterloo, le 18 juin 1815, et part en exil forcé sur l'île anglaise de Sainte Hélène, jusqu’à la fin de ses jours. Peu d'hommes ont suscité autant de passions contradictoires que Napoléon Bonaparte. Il laisse derrière lui l'image controversée d'un chef sanguinaire, esclavagiste et patriarcal, mais dont la grandeur des conquêtes lui attire depuis toujours la sympathie de nombre de nostalgiques de la grandeur française. Nombreuses de ses citations resteront célèbres. Oscar Wilde affirmait même que « le dix-neuvième siècle, on le sait, est en grande partie issu du cerveau de Napoléon ».