Agriates

La présentation réaliste par Pierre Benoît de la terre ingrate valut à celle-ci une soudaine notoriété. L'aspect actuel de désert de collines pierreuses à la végétation rabougrie et totalement dépourvue d'habitat (à l'exception du hameau de Casta) est le résultat de multiples incendies (les derniers à l'automne 1992). Avivés par un vent omniprésent, et d'un abandon par les habitants à la suite de l'émigration et des veuvages occasionnés par les guerres du 20eme siècle.

Le grenier à blé de Gênes - Telle était jadis la renommée de la région qui approvisionnait encore au 19eme. Bastia et les villages du Cap Corse. La pratique de l'écobuage associé au pastoralisme permettait une activité agricole diversifiée toute l'année. Les habitants du Cap Corse (Nonza. Canari) et de St-Florent venaient travailler la terre depuis les moissons de juin jusqu'aux labours et semailles d'automne. Les cultures principales étaient le blé, les oliviers, quelques vignes et de vastes vergers aux espèces diversifiées. Les cultivateurs des villages de l'intérieur entreprenaient parfois un voyage de plusieurs jours pour atteindre leurs champs, tandis que ceux du Cap Corse accostaient en barque à fond plat. Ils construisaient des pagliaghj (paillers) pour abriter les hommes et les récoltes.

A l'approche de l'hiver, leurs activités étaient modifiées, remplacées par l'arrivée des troupeaux de brebis et chèvres qui descendaient avec leurs bergers des contreforts du Nebbio et de l'Asco. Un troc s'établissait entre la production fromagère des bergers et le blé et l'huile des cultivateurs. Ainsi, du 16 ème siècle jusqu'au milieu du siècle dernier, une civilisation agricole originale s'est développée dans les Agriates.

Liens commerciaux: