Algajola

Cette station balnéaire, entre les marines de Davia et de Sant'Ambroggio. possède au fond de sa baie une grande plage de sable fin.

Aux environs s'ouvrent des carrières de très beau granit porphyrique. La fondation d'Algajola remonte vraisemblablement aux Phéniciens. Selon la tradition, saint Paul, revenant d'Espagne, y aurait accosté. De la cité romaine de cette époque ont été découvertes deux plaques de bronze qui composent le diplôme militaire d'un vétéran de la flotte de Misène, retiré là.

Une vocation de place forte - Algajola ne conserve de son aspect militaire que des maisons blotties à l'intérieur de remparts en ruine, quelques ruelles et passages voûtés et une partie de sa citadelle au bout du promontoire. Elle fut une défense génoise avancée de Calvi.


Liens commerciaux:

La cité connut son apogée au 1V s. et vivait surtout du commerce des olives et des huîtres. Ses remparts furent édifiés en 1664. pour la protéger d'un éventuel retour des Sarrasins qui l'avaient saccagée le 26 juin 1643. En 1729. les Corses insurgés contre Gênes s'en emparèrent. Par la suite, le marquis de Maillebois commandant les troupes françaises en Corse reconnut son importance de place forte lorsqu'en 1739. il dut réprimer un soulèvement dans l'île. En 1767. elle fut pour Pascal Paoli une position de premier plan avant qu'il n'abandonne la lutte, en 1769. L'essor de l'Ile-Rousse provoqua, à la fin du 18's., l'abandon presque total de la cité.

Citadelle - La citadelle, construite au 17's, autour d'un château (tour fortifiée), conserve son bastion triangulaire et ses échau-guettes.

Le «château» servit de résidence au lieutenant-gouverneur de Balagne. En 1643. lors de la destruction d'Algajola par les Sarrasins, la garnison génoise s'y retrancha tandis que l'église St-Georges servait de refuge aux habitants.

Église St-Georges - Cette église semi-fortifiée, placée sous le vocable du saint patron de la ville de Gênes, a été remaniée au 17" s. après avoir été incendiée par les Sarrasins. L'intérieur est éclairé par de petites fenêtres hautes et présente une abside à voûte génoise. Elle abrite une chaire en bois sculpté soutenue par une pomme de pin, une belle toile du 17e s. figurant une descente de Croix , attribuée au peintre italien le Guerchin (1591-1666) de l'école bolonaise; au fond du chœur, un tableau représente saint Alexandre Sauli (voir à Cervione), qui vécut à Algajola de 1572 à 1575.